Skip to content
 
  • Accueil >>
  • Blog >>
  • Comment bien débuter une démarche de coaching ?

Comment bien débuter une démarche de coaching ?

Date de publication : 26 Nov 2018  |  Auteur : Aymeric de Fleurian  |  Catégorie :  coaching 

Prendre la décision de débuter une démarche de coaching à vocation professionnelle doit se prendre avec recul pour s’assurer du réel engagement que l’on est prêt à y mettre.

Cet engagement est le facteur principal de réussite de ce travail. En effet, le coach est un facilitateur qui soutient le client pour l’aider à faire émerger de nouvelles potentialités. Le travail n’est possible que si le client est engagé à mobiliser les ressources fondatrices d’un processus de changement.

Dans cette perspective, il est nécessaire de repréciser ce que peut être une démarche de coaching et ce qu’elle ne peut pas être.

A quoi correspond l’accompagnement par un coach ?

L’ICF définit le coaching comme “une alliance entre le coach et ses clients dans un processus qui suscite chez eux réflexion et créativité afin de maximiser leur potentiel personnel et professionnel.
Pour accompagner l’évolution d’une personne, d’une équipe ou d’une organisation, le coach s’appuie sur l’art de la relation qui permet d’entrer en interaction avec quelqu’un d’une façon telle qu’il réalise les projets qu’il choisit de mettre en œuvre en transformant, si c’est pertinent, ses attitudes et ses compétences.”

Le coach, au travers d’outils relationnels, mobilise chez le client un processus de changement dans une trajectoire définie dès le début de l’accompagnement. Il est indispensable de bien être au clair sur les objectifs que l’on souhaite se donner.
Ces objectifs doivent être en accord avec les compétences spécifiques du coach.

Différents outils permettent de travailler différentes sphères du fonctionnement de l’individu. Le référentiel du coach doit ainsi être clairement affirmé pour s’assurer de l’adéquation des outils avec les objectifs.

Que vient-on mobiliser dans une telle démarche ?

On peut repérer deux dimensions distinctes dans le développement d’un individu :

Le développement horizontal qui est l’apport de nouvelles compétences spécifiques (gestion des conflits, prise de parole, donner un feedback constructif, régulation du stress) qui viennent soutenir le professionnel dans sa fonction.

Le développement vertical qui permet au professionnel de complexifier les processus d’interprétation et de mise en sens du monde qui l’entoure.

Le développement horizontal permet d’ajouter du contenu à notre appareil de pensée alors que le développement vertical permet de faire croître notre appareil de pensée. Ces deux modalités de développement sont nécessaires et leur mobilisation dépend des objectifs spécifiques.

Le développement vertical est beaucoup plus complexe à mobiliser et demande un accompagnement plus long et plus engageant. Celui-ci implique de venir interroger les processus de pensée et les filtres cognitifs qui nous servent à traiter les informations auxquelles nous sommes confrontées.

Bien que notre fonctionnement dans le milieu professionnel soit distinct de notre fonctionnement dans le milieu personnel, ils sont intriqués. Dès lors, il faut entendre que l’accompagnement dans un développement vertical nécessite de venir mettre au travail la manière dont nous sommes construits. Cela peut être déstabilisant et il appartient au coach d’accompagner cette démarche avec tact, dans une posture étayante et non jugeante.

Le coaching n’est pas une démarche psychothérapeutique qui vise à atténuer une souffrance psychique ou un symptôme vécu comme problématique, bien que les outils utilisées puissent être similaires.

Comment préparer l’accompagnement par un coach ?

Quelques questions peuvent vous aider à préparer cette démarche et vous assurez de votre engagement.

Quelle est la raison principale qui me pousse à vouloir être accompagné par un coach ?

Il est important que l’enjeu ne soit pas de venir valider des convictions déjà établies mais bien de s’engager dans une démarche de croissance qui implique l’acceptation d’un regard tiers parfois contradictoire.
Si la raison principale est un mal-être, il serait certainement plus pertinent de consulter avant tout un professionnel de la santé.

Quel est le plus grand challenge que je rencontre actuellement dans ma vie professionnelle ?

S’arrêter sur cette question peut permettre de s’assurer du type de coaching nécessaire. Est-ce un challenge technique, qui nécessite l’ajout d’une nouvelle compétence, ou est-ce un challenge adaptatif, qui nécessite un remaniement de son fonctionnement ?

Quel serait le changement que j’aimerais opérer dans mon fonctionnement dès aujourd’hui ?

Ce changement peut aussi bien concerner un comportement, une habitude, une manière de penser, une relation spécifique. Il est important d’essayer de le relier au challenge que l’on a identifié précédemment.

Nommer un objectif spécifique relatif à ce changement.

Si vous arrivez à identifier un objectif avec clarté, que vous comprenez les ressorts qui vous poussent à vouloir l’atteindre et que vous mesurez le chemin et les embûches à franchir pour l’atteindre, vous arriverez à votre première séance dans un état d’esprit beaucoup plus propice à l’engagement.